Le mot du Président du B’nai B’rith

2 Juifs 3 opinions 1 seul peuple

Bienvenue À Kesher!

Chers amis,

Depuis soixante-cinq ans, le B’nai B’rith Genève œuvre sans cesse à l’unité du peuple juif, à promouvoir l’identité juive, à défendre l’Etat d’Israël et à pratiquer la bienfaisance.

Il contribue également et de manière éloquente à la vitalité culturelle et sociale des communautés de Genève.

Kesher Day est une manifestation qui a vu le jour il y a trois ans. Cette journée est une initiative du B’nai B’rith Genève. Elle permet de rassembler des personnes issues de toutes les Communautés, de faire en sorte qu’ils se connaissent, se parlent et s’apprécient. Il est indéniable que c’est grâce à la conviction des bénévoles et des membres du comité Kesher, si généreux de leur temps et de leurs efforts, que nous  pouvons aujourd’hui  jeter  un  regard  en  arrière  et  être  fiers  de  nos réalisations.

Cette année, je vis ma deuxième année de présidence. Le partage et l’implication de tous ceux que je rencontre renforcent ma conviction qu’ensemble et dans un esprit solidaire, les hommes et les femmes réalisent de grandes choses. Même si on ne les voit pas comme des palais et des monuments, il s’érige dans nos cœurs le plus beau des édifices: la confiance en nous pour construire de façon plus belle l’humanité. Un esprit typiquement B’nai B’rith.

Signature Armand LaredoArmand Laredo

Armand Laredo,

Président de la Loge Henry Dunant – B’nai B’rith Genève

Le mot de la Présidente de Kesher 2016

Nurit photo President kesher Day 2016-last

Shalom à tous,

« Et tu raconteras à ton fils… » Tradition. Transmission. Education.

Ce commandement, cité à  quatre reprises (*) dans le livre de l’Exode, est repris dans la Haggadah de Pessa’h. Entourés de nos familles et d’amis, lors du Séder, nous retraçons l’histoire de nos ancêtres, l’esclavage, la sortie d’Egypte ainsi que le don de la Torah sur le Mont Sinaï qui entérine la fondation du peuple d’Israël. Dès lors, la mitzva de transmettre est donnée.

Transmettre est essentiel car cela relie les générations et rappelle aux parents et aux maîtres leur responsabilité dans l’éducation et la transmission. Raconter aux enfants notre histoire en l’accompagnant de nos magnifiques traditions leur permet de s’approprier l’héritage vivant et les valeurs humaines que porte le judaïsme. D’autant que la Haggadah nous renseigne comment répondre à chacun des 4 « fils » correspondant aux 4 catégories d’enseignements. Et celui qui n’a pas d’enfant ? Le traité Pessa’him (116b) répond: qu’il « se » pose les questions et qu’il y réponde ! Le soir du Séder, nous sommes des « passeurs ».

Le rabbin Shimshon Raphaël Hirsch, dans son commentaire sur la Haggadah, met l’accent sur l’importance à éduquer nos enfants en donnant l’exemple de notre comportement, en reproduisant avec eux les traditions de nos pères et en les dotant d’un bagage intellectuel et moral. L’os représentant le Korban Pessa’h, la Matza et le Maror sont sur nos tables comme ils le furent sur celles de nos aïeux en Espagne ou en Russie. Cette éducation les accompagnera dans leur vie d’adulte, respectueuse des valeurs de la Torah et des lois de la cité.

Nous sommes confrontés à des choix dans la vie de tous les jours ;  trouver un équilibre entre nos actes et pensées, s’épanouir, rencontrer l’âme-sœur, évoluer dans notre vie sociale, assouvir notre intellect… Mais c’est à la naissance d’un enfant, qu’un des choix les plus difficiles nous incombe : sa vie, son âme ainsi que son éducation sont entre nos mains. Comment être sûr de faire le juste choix ? Ce qui a été notre voie va-t-elle se révéler adaptée pour cet être conçu et né de l’amour de deux personnes à éducation, à tradition et à transmission si diversifiées ?

Issus de proches ou de lointaines contrées,  dotés de prononciations  et de coutumes propres à chacun et à chacune, nous avons UNE Torah autour de laquelle s’unit UN peuple.

Si les traditions forgées au fil de l’histoire et si la transmission enseignée dans les pays qui nous ont accueillis diffèrent quelque peu, les valeurs du judaïsme, elles, se retrouvent  au sein de chaque foyer juif. Nous les retrouvons autour de la table de Shabbath, dans l’éducation des enfants, lors de don de la Tsedaka, dans la transmission de notre histoire ou encore dans l’enseignement des commandements. Une vie basée sur les valeurs et  les mitzvot de la Torah dans le respect du Derech eretz au sein des nations.

Les actes sont importants mais étudier et enseigner restent primordial. Etudier. Approfondir. L’étude de la Torah est essentielle et il est recommandé de s’y consacrer au moins une fois par jour.

« זכרו ימות עולם ובינו שנות דור ודור שאל אביך ויגדך… »  (Deutéronome 32:7)

Suite à notre héritage historique du XXème siècle et dans une actualité tourmentée en ce début du XXIème siècle, l’étude et la transmission du judaïsme restent les clés de notre pérennité.

Je vous convie avec toute l’équipe Kesher à nous rejoindre le dimanche 6 Novembre 2016 pour une journée d’étude et de partage dans un esprit d’union et de tolérance en présence de conférenciers de haut niveau, d’un Kesher Village international, d’un forum de l’Education, d’un salon de l’Etudiant, d’activités pour la Jeunesse et d’un Bar caritatif faisant le lien entre les étudiants et jeunes actifs d’aujourd’hui et les communautés de demain.

בברכת שנה טובה ומתוקה, Shana Tova Oumetouka,

Nurit Braun

Présidente Kesher Day 2016
(*) Exode Ch.X v.2 –Ch.XII v.26-27 –Ch.XIII v.8 –Ch.XIII v. 14        

Kesher Day 2016 est dédié à la mémoire d’Elie (Eliézer) Wiesel z’’l  Elie Wiesel, qui étudiait le Talmud, avait écrit en 1982 dans Paroles d’étranger: « Dieu se veut à l’origine de tous nos actes et à leur dénouement aussi. Il est à la fois question et réponse ». Elie Wiesel z’’l a dédié sa vie à la transmission et à l’éducation des jeunes générations.

La charte de Kesher

CHARTE: Journée annuelle d’études juives “KESHER”

Objectif Le B’nai B’rith instaure un rendez-vous annuel d’études juives, réunissant une fois par an la population juive de toutes sensibilités et de toutes observances. L’objectif est de partager ensemble une journée autour de sujets d’intérêt juif.
Bénévolat L’événement est à but non lucratif et dépend d’un bénévolat au bénéfice de la communauté juive au sens large.
Respect Durant l’événement prévaut un esprit d’unité, de respect, de rapprochement, de partage, d’étude et de découverte. Les participants se comportent respectueusement vis-à-vis des autres participants, des bénévoles et des orateurs.
Le B’nai B’rith traitera avec un respect égal tous les participants et tous les orateurs.
Etude L’événement favorise des thèmes d’intérêt commun et partagé par des participants de toutes observances. Le contenu et la forme de chaque session sont de nature à inclure le plus grand nombre de participants et à n’en
exclure aucun. Le B’nai B’rith facilite l’étude de sujets d’intérêt juif en invitant des orateurs. Les opinions exprimées n’engagent que l’orateur respectif et ne représentent en aucune façon celles du B’nai B’rith.
Diversité Dans le but d’intéresser la plus grande diversité de Juifs, de toute sensibilité et de tout âge, une offre variée de thèmes, de formats et d’orateurs est proposée aux participants. Le programme inclut un descriptif des sessions et
une biographie des intervenants afin de faciliter un choix informé. Les interventions sont programmées de manière à éviter les conflits religieux ou politiques. Toutefois, aucune intervention n’est de nature à heurter les sensibilités
de tout participant. Le B’nai B’rith ne prend pas parti dans les débats entre divers courants du judaïsme. Le B’nai B’rith ne participe pas à la légitimation ou la dé-légitimation d’une position religieuse, politique ou idéologique. Tout
prosélytisme en ce sens est proscrit durant l’événement. Les sessions sont de nature éducative et pas polémique.
Les participants s’engagent à respecter les modalités de chaque session.
Jeunesse Un programme adapté est proposé aux enfants et jeunes adultes. Le programme pour mineurs est conçu autour
d’un tronc commun conforme aux sensibilités de parents de toutes observances.
Stands Des associations juives peuvent obtenir le droit de tenir un stand durant l’événement. Tout matériel distribué, ou livres et autres articles en vente, respectent les règles de la présente Charte.
Cacherout Tous repas et collations proposés durant l’événement respectent la cacherout.

A propos du B’nai B’rith

Un jour de 1843, douze immigrants juifs se réunirent à New York. Ils souhaitaient franchir toutes les barrières culturelles, économiques, sociales et idéologiques en créant une organisation extracommunautaire placée au dessus de toutes les divergences et rivalités. Aussi, leur premier acte fut la déclaration du principe fondateur du B’nai B’rith, qui n’a pas varié depuis: l’unité du Peuple juif.

Cette union dans le respect de la diversité se fonde sur le sentiment de solidarité de ses membres ainsi que sur la communauté de destin millénaire du peuple juif.
Le B’nai B’rith fut ainsi créé en tant qu’association d’hommes et de femmes oeuvrant bénévolement pour les juifs et pour le judaïsme. En Suisse romande, les Loges Henry Dunant de Genève et Edmond Fleg de Lausanne comptaient respectivement parmi leurs fondateurs notamment le Grand Rabbin Dr Alexandre Safran z”l et le Grand Rabbin Dr Georges Vadnai z”l. Au cours de ses 170 ans d’histoire, le B’nai B’rith a toujours répondu aux défis contemporains qu’affrontaient des juifs, où qu’ils soient. En recherchant activement ce qui nous
unit, au lieu de se contenter de ce qui peut nous diviser. Avec le temps, les activités internationales se sont développées: hôpitaux, jardins d’enfants, maisons de retraite, orphelinats, bibliothèques, l’Anti-Defamation League (ADL), la Fondation Hillel et les Maisons Hillel pour jeunes, des actions pour l’éducation et l’identité juive.

A Genève, Kesher Day Geneva est une initiative du B’nai B’rith. L’EMS Les Marronniers le fut aussi, concrétisée grâce à la générosité de la famille Nordmann. Le B’nai B’rith est initiateur et co-organisateur de la Journée Européenne de la Culture et du Patrimoine Juifs. Le B’nai B’rith est également actif dans l’aide
humanitaire, les droits de l’homme, l’action communautaire, l’oeuvre pour le Yishuv puis pour Israel. Le B’nai B’rith a le statut d’ONG aux Nations Unies et au Conseil des Droits de l’Homme, est représenté au Parlement Européen à Bruxelles, à l’UNESCO à Paris, et au Conseil de l’Europe à Strasbourg.

Les objectifs du B’nai B’rith sont de:
1. Œuvrer à l’unité du peuple juif
2. Défendre des droits de l’homme
3. Garantir la survie du Peuple juif, promouvoir l’identité juive, unir les individus de religion juive et défendre l’Etat d’Israël
4. Pratiquer la bienfaisance

Aujourd’hui présent dans plus de 50 pays, le B’nai B’rith est la plus importante organisation juive dans le domaine de la défense des droits de l’homme, d’actions communautaires et humanitaires. Le B’nai B’rith est actif dans 29 pays en Europe avec plus de 5’000 membres.