Le mot de la Présidente de Kesher 2016

Nurit photo President kesher Day 2016-last

Shalom à tous,

« Et tu raconteras à ton fils… » Tradition. Transmission. Education.

Ce commandement, cité à  quatre reprises (*) dans le livre de l’Exode, est repris dans la Haggadah de Pessa’h. Entourés de nos familles et d’amis, lors du Séder, nous retraçons l’histoire de nos ancêtres, l’esclavage, la sortie d’Egypte ainsi que le don de la Torah sur le Mont Sinaï qui entérine la fondation du peuple d’Israël. Dès lors, la mitzva de transmettre est donnée.

Transmettre est essentiel car cela relie les générations et rappelle aux parents et aux maîtres leur responsabilité dans l’éducation et la transmission. Raconter aux enfants notre histoire en l’accompagnant de nos magnifiques traditions leur permet de s’approprier l’héritage vivant et les valeurs humaines que porte le judaïsme. D’autant que la Haggadah nous renseigne comment répondre à chacun des 4 « fils » correspondant aux 4 catégories d’enseignements. Et celui qui n’a pas d’enfant ? Le traité Pessa’him (116b) répond: qu’il « se » pose les questions et qu’il y réponde ! Le soir du Séder, nous sommes des « passeurs ».

Le rabbin Shimshon Raphaël Hirsch, dans son commentaire sur la Haggadah, met l’accent sur l’importance à éduquer nos enfants en donnant l’exemple de notre comportement, en reproduisant avec eux les traditions de nos pères et en les dotant d’un bagage intellectuel et moral. L’os représentant le Korban Pessa’h, la Matza et le Maror sont sur nos tables comme ils le furent sur celles de nos aïeux en Espagne ou en Russie. Cette éducation les accompagnera dans leur vie d’adulte, respectueuse des valeurs de la Torah et des lois de la cité.

Nous sommes confrontés à des choix dans la vie de tous les jours ;  trouver un équilibre entre nos actes et pensées, s’épanouir, rencontrer l’âme-sœur, évoluer dans notre vie sociale, assouvir notre intellect… Mais c’est à la naissance d’un enfant, qu’un des choix les plus difficiles nous incombe : sa vie, son âme ainsi que son éducation sont entre nos mains. Comment être sûr de faire le juste choix ? Ce qui a été notre voie va-t-elle se révéler adaptée pour cet être conçu et né de l’amour de deux personnes à éducation, à tradition et à transmission si diversifiées ?

Issus de proches ou de lointaines contrées,  dotés de prononciations  et de coutumes propres à chacun et à chacune, nous avons UNE Torah autour de laquelle s’unit UN peuple.

Si les traditions forgées au fil de l’histoire et si la transmission enseignée dans les pays qui nous ont accueillis diffèrent quelque peu, les valeurs du judaïsme, elles, se retrouvent  au sein de chaque foyer juif. Nous les retrouvons autour de la table de Shabbath, dans l’éducation des enfants, lors de don de la Tsedaka, dans la transmission de notre histoire ou encore dans l’enseignement des commandements. Une vie basée sur les valeurs et  les mitzvot de la Torah dans le respect du Derech eretz au sein des nations.

Les actes sont importants mais étudier et enseigner restent primordial. Etudier. Approfondir. L’étude de la Torah est essentielle et il est recommandé de s’y consacrer au moins une fois par jour.

« זכרו ימות עולם ובינו שנות דור ודור שאל אביך ויגדך… »  (Deutéronome 32:7)

Suite à notre héritage historique du XXème siècle et dans une actualité tourmentée en ce début du XXIème siècle, l’étude et la transmission du judaïsme restent les clés de notre pérennité.

Je vous convie avec toute l’équipe Kesher à nous rejoindre le dimanche 6 Novembre 2016 pour une journée d’étude et de partage dans un esprit d’union et de tolérance en présence de conférenciers de haut niveau, d’un Kesher Village international, d’un forum de l’Education, d’un salon de l’Etudiant, d’activités pour la Jeunesse et d’un Bar caritatif faisant le lien entre les étudiants et jeunes actifs d’aujourd’hui et les communautés de demain.

בברכת שנה טובה ומתוקה, Shana Tova Oumetouka,

Nurit Braun

Présidente Kesher Day 2016
(*) Exode Ch.X v.2 –Ch.XII v.26-27 –Ch.XIII v.8 –Ch.XIII v. 14        

Kesher Day 2016 est dédié à la mémoire d’Elie (Eliézer) Wiesel z’’l  Elie Wiesel, qui étudiait le Talmud, avait écrit en 1982 dans Paroles d’étranger: « Dieu se veut à l’origine de tous nos actes et à leur dénouement aussi. Il est à la fois question et réponse ». Elie Wiesel z’’l a dédié sa vie à la transmission et à l’éducation des jeunes générations.